Règles du dessin industriel

Retour


  •  Généralités:

     Le dessin industriel, manuel ou assisté par ordinateur (DAO, CAO) est l’outil graphique le plus utilisé par les techniciens et les ingénieurs pour passer de l’idée (étude) à la réalisation (fabrication) d’un objet ou d’un produit. C’est un langage universel, rigoureux, dont les règles précises sont normalisées internationalement (ISO : International Standard Organisation).

     La vision dans l’espace, c'est-à-dire la capacité à voir ou imaginer un objet à trois dimensions dans l’espace, est une formidable aide à la création pour l’esprit et le cerveau humain. Cette qualité fondamentale n’est pas un don du ciel, elle doit être travaillée, développée et cultivée par des exercices graphiques répétés et suffisamment nombreux. L’apprentissage du dessin industriel permet d’acquérir cette vision.

  •  Les principaux types de dessins industriels.

     Les dessins industriels se divisent en plusieurs familles complémentaires :

Les croquis :

     Nécessaire à la recherche, à la conception et à la prise sur le vif d’information, le croquis permet d’aller à l’essentiel de la pensée technique du dessinateur. De formes et de dimensions approximatives, il offre une vision globale des solutions techniques susceptibles d’être adoptées. Généralement tracé sans instrument (dessin à main levée), il peut être coté.

 Les schémas :

     Ils sont tracés à partir de symboles normalisés. Chaque symbole représente ou schématise un organe ou un composant particulier. Il permet de comprendre la fonction globale et le rôle fonctionnel de chacun des composants d’un système, et de préciser l’agencement des composants, de manière simplifiée et condensée. (Exemple : schémas électrique)

Les dessins d’ensemble :

     Ils permettent la représentation non schématique, plus ou moins détaillée, à une échelle précisée, d’un ensemble ou d’un sous-ensemble constitué de composant. Le dessin d’ensemble peut selon sa finalité, être réalisé en :

     Dessin d’avant projet ou de conception, la représentation est alors limitée aux grandes lignes d’une des solutions viables permettant d’orienter le choix du client.

     Dessin de projet, où tous les détails nécessaires  de la solution choisie sont représentés.

Les dessins de définition :

     Complémentaires des précédents, ils définissent complètement et totalement chacun des éléments de base d’un produit et les exigences auxquelles il doit satisfaire. Ils servent souvent à établir des contrats entre concepteur et réalisateur.

Les dessins de fabrication :

     Généralement obtenus à partir des dessins de définition, ils donnent les indictions nécessaires à la réalisation d’un composant de l’ensemble.

Les détails :

     Les dessins de détails permettent de reprendre une partie du dessin à une échelle plus grande afin de définir de façon claire un point particulier (une liaison particulière). Ils sont souvent en relation avec un dessin d’exécution.

  •  Les échelles.

     Lorsque les objets sont grands (bâtiments) ou petits (montres, circuits électronique par exemple), il est nécessaire de faire des réductions ou des agrandissements pour les représenter.

     L’échelle 1 (1/1 ou 1 : 1) présente l’avantage de visualiser l’objet à définir en vraie grandeur, sans réduction et sans agrandissement. Les échelles 1/2 ou 2/1 peuvent apporter des impressions trompeuses en conception.

 

Echelles usuelles – NF EN ISO 5455

En vraie grandeur

1 : 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En réduction

1 : 2

  1 : 5

 1 : 10

 1 : 20

 1 : 50

 1 : 100

1 : 200

1 : 500

1 : 1000

 

En agrandissement

2 : 1

  5 : 1

 10 : 1

 20 : 1

 50 : 1

 100 : 1

200 : 1

500 : 1

1000 : 1

 

 

  •  Les formats normalisés (NF Q 02-000)

     La série de formats A0, A1, A2, … est une série normalisée ISO et universelle.

     Les formats A3, A2, A1 et A0 doivent obligatoirement être utilisés horizontalement. Le format A4 verticalement (ISO 5457). Le cartouche se situe en toujours en bas à droite. Les formats A4, A3 et A2 auront une marge de 10mm, alors que les formats A1 et A0 ont une marge de 20mm.

 

Formats normalisés A (ISO 5457)

Désignation

Longueur

Largeur

Dimension d’exécution

Correspondance

A4

297

210

277 x 190

 

A3

420

297

400 x 277

2 formats A4

A2

594

420

574 x 400

4 formats A4

A1

840

594

800 x 554

8 formats A4

A0

1189

840

1149 x 800

16 formats A4 = 1m²

  •  Le cartouche

      Le cartouche est la carte d’identité du dessin. Son emplacement dans le format est indiqué dans la ci-dessous (fig.1), le sens de lecture est celui du cartouche.

Il rassemble les renseignements essentiels du dessin : Echelle principale, titre, symbole ISO de disposition des vues, le format, éléments d’identification indispensables (numéro de référence du document, nom du dessinateur, date, etc.)

Il existe de nombreux modèles de cartouches. La plupart des entreprises et des écoles ont un cartouche personnalisé.

 

Il est possible de faire apparaître la nomenclature de définition au dessus du cartouche du dessin d’ensemble. Cette nomenclature dresse une liste des composants de l’ensemble, en précisant un repère, une quantité, la matière et ces dimensions finies.

 Il sera cependant possible de la joindre sur un document séparé.

  •  Les principaux types de traits.

Le dessin industriel utilise de nombreux traits différents. Chaque trait a sa nature (continu, interrompu, mixte), une épaisseur (fort, fin) et est destiné à un usage donné.

 

  •  La mise en page

Les différentes vues d’un dessin devront impérativement être centrées sur la feuille, il faudra donc respecter des intervalles réguliers entre les vues.

Pour cela, il faudra connaître les dimensions des formats, les valeurs des cadres, les dimensions du cartouche et les dimensions d’encombrement des vues à l’échelle choisie.

Formules :

Espace de dessin :     

NB : Dimension d’encombrement : Longueur, Largeur et épaisseur totale de la pièce ou de l’ensemble à dessiner, Suivant la dimension des vues, le cartouche sera intégré dans le calcul de l’espace du dessin.