Construction de maisons ossature bois

Retour


    Dans le cas d'une construction en l’ossature bois, les travaux de fondation, dalle, pilotis, plots, murets périphériques sont souvent exécutés en maçonnerie.

 

    

 La largeur de la semelle est de l'ordre de 50 cm, celle-ci permet de supporter facilement deux étages. La profondeur de la fondation dépend généralement de l'altitude avec un minimum de 50cm.

 

     On ajoutera 3 mm de profondeur pour dix mètres d'altitude.

altitude

en m

100

200

300

400

500

600

700

800

900

1000

profondeur en cm

53

56

59

62

65

68

71

74

77

80

 

     Pour une maison passive l'isolant peut être placée entre la longrine et la dalle et à l'extérieur de la longrine.

 

On trouve les solutions suivantes :

- Plancher à solivage bois au-dessus du vide sanitaire, d’une cave ou d’un garage;

- Plancher poutrelles et hourdis au-dessus du vide sanitaire, d’une cave ou d’un garage;

- Dalle plane armée flottante;

  1.  Murets de soubassement - vide

En périphérie de la maison et au droit du mur de refend, on coule sur place un muret ou on aligne des longrines préfabriquées. Les murets doivent être de niveau, le désaffleure entre murets ne doit pas excéder 2 mm. Ces murets doivent être à 20 cm du sol fini tout autour de la périphérie et à 30 cm au-dessus du sol à l’intérieur de la périphérie. Avec un petit bloc de polystyrène, on y réserve tous les mètres l’emplacement des boulons d’ancrage de la lisse basse. Il est impératif d’aérer le vide sanitaire en réservant par exemple dans chacun des murets au-dessus du sol fini deux orifices d’aération du vide sanitaire, normalement de la taille d’un parpaing chacun. Une fois les murs secs, on fixera la lisse basse sur tous les murets périphériques et sur celui de refend
  1. Murets de soubassement - cave ou garage

Le sol est creusé à une profondeur égale à la profondeur de la cave plus 50 cm. Le mur “enterré” est posé sur une semelle armée. A l’extérieur, un drainage efficace est obligatoire. La face extérieure du mur est protégée par une coupure de capillarité en matériau asphalté. Le mur remonte au moins de 60 cm au-dessus du sol fini de façon à y installer des fenêtres pour éclairer et aérer la cave. A l’intérieur, on compacte une forme et on réalise une dalle comme expliqué ci-après. Une fois les murs secs, on fixera la lisse basse sur tous les murets périphériques et sur celui de refend. 
Sur toute la périphérie de la maison et au droit du mur de refend, l’entreprise de maçonnerie réalise des murets de soubassement ou aligne des longrines préfabriquées. Entre ces murets, elle compacte une forme en tout-venant ou en mortier pauvre et place au-dessus de la forme des blocs de polystyrène expansé comprimé. Au-dessus du polystyrène, elle doit placer une coupure de capillarité à recouvrement large, débordant largement sur les murets. Cette coupure de capillarité peut être un film P.E., un feutre, un papier bitumé. L’entreprise coule alors une dalle de 10 cm d’épaisseur minimum, armée d’une armature de 5 mm tous les 15 cm. Cette dalle est indépendante des murs de soubassement dont elle est séparée par le polystyrène. Par la suite, elle sera ré-agréée pour la pose de moquette, de carrelage ou de Dans les murets, elle réserve tous les mètres avec un petit bloc de polystyrène, l’emplacement des boulons d’ancrage de la lisse basse parquet.

  •  La Lisse Basse

La lisse basse est la première pièce de bois posée sur la maçonnerie. Elle ne doit pas être à moins de 20 cm du sol fini. Elle doit reposer sur une coupure de capillarité, en général un feutre bitumé ou un P.E. (épais de 0.2 mm), qui l'isolera des montées d'humidité. Elle sera traitée contre l'humidité en autoclave IV.

Cette lisse conditionne toute la géométrie de votre maison. Veillez à ce qu'elle soit parfaitement horizontale. La tolérance des fondations pour une maison ossature bois est de ±1 cm sur toute la maison.

La fixation s'effectuera avec des chevilles métalliques de 100 X 8 mm avec au minimum une cheville tous les deux mètres.

 
  •  Le plancher du rez de chaussée

Les fondations des maisons bois peuvent être les mêmes que celles de maisons maçonnées. La construction bois commencera alors au-dessus de la surface plane maçonnée qui sera soit une chape flottante, soit un plancher béton au-dessus d’un vide sanitaire, d’une cave ou d’un garage.

Cependant, à partir de murets périphériques de fondation et de murs de refend, il est possible de construire effectivement un plancher bois en lieu et place d’un chantier béton.

La répartition des solives se calcule en fonction des charges admissibles sur le plancher, de la section de la solive (section courante de 45 x 220 mm) et de la dimension des panneaux. En général les entraxes des solives sont de 60, 40, 30cm.

En périphérie des murets et perpendiculairement aux solives, une solive de rive sera clouée à la lisse basse ainsi qu'aux solives de rives  avec au moins 2 clous de 120 mm dans chaque solive. Sur les murets de refend, on cloue les deux demi solives ensemble bout à bout ou on utilise des connecteurs qui seront chevillés au muret.

Le solivage ainsi réalisé, on cloue les panneaux plancher (supports du revêtement de sol). Les panneaux doivent être perpendiculaires à la direction des solives. Le clouage se fait à 1 cm au moins des rives. Les clous,  normalement de O 2.5 x 60 mm sont cloués tous les 15 cm en périphérie et tous les 30 cm sur les appuis intermédiaires.

  •  Le solivage de l'étage

Une fois les murs du premier niveau ceinturés par la lisse, on fixe en périphérie les solives de rives. On amène l’ensemble des solives, coupées toutes à la même longueur. On dresse les solives et on les fixe en rive avec 3 pointes. Avec des entraxes de 600 mm, les solives de 220 ou 222 mm de hauteur permettent de couvrir des portées jusqu’à 450 cm pour des charges d’habitation.

Pour les portées supérieures, il faut un mur de refend porteur.

La lisse haute et la lisse de ceinturage, les linteaux des ouvertures et les solives de rive reprennent et diffusent les descentes de charge. La trame du solivage n’a donc pas à suivre la trame des montants des murs. Leur écartement peut être réglé en fonction des dimensions de panneaux de plancher disponibles. Les panneaux seront cloués sur les solives, le recouvrement minimum sera de 20 mm, les débords et trémies seront découpés, une fois les panneaux posés.

  1. La trémie

Pour créer une trémie, on commence par doubler les deux solives qui l’encadrent, puis dans des sabots appropriés on place deux entraits constitués de deux sections de solives clouées entre elles. De chaque côté extérieur à la trémie, ces dernières vont alors reprendre dans d’autres sabots les solives qui seraient passées à l’emplacement de la trémie. Le solivage est donc continu et l’espacement entre les solives est respecté. Pour une trémie jusqu'à 1.5m, les chevêtres doivent être doublés et sont fixés avec 3 clous de 110mm en bout.

  1. Le balcon

Pour réaliser un balcon, avec des  solives en bois imprégné sous vide, il faut assurer la continuité de son solivage dans la plate-forme sur 2 fois la largeur du balcon et doubler les solives de chaque côté du balcon. Lorsque le balcon est réalisé sur un mur parallèle au solivage, il faut créer une trémie comme on le ferait pour les escaliers. En rive, la solive sera découpée et les découpes serviront d’entretoises.

1.             La charpente

Il existe plusieurs types de charpentes, dont voici les exemples:

2 pans

4 pans

Pignon coupé

Pignon mansardé

Double croupe ou comble mansardé